LE MOSCOVITES

Auteur :
HENRI TROYAT

Genre :
Biographie, Roman

Maison d'Edition :
FLAMMARION

La passion réciproque n’est pas nécessaire à la formation d’un ménage.

 

La maison. Déjà ! Il allait donc retrouver les mines inquiètes, les regards en dessous, les silences lourds, toute cette atmosphère de dissimulation.

 

Ce peuple est extraordinaire de gentillesse et de soumission. On dirait que le malheur est sa principale raison de vivre.

 

Préservé de la tentation de la gloire, je peux davantage méditer, observer. Le progrès de l’esprit humain est irrésistible, disait Condorcet.

 

Souvent ce qu’on croit être une calamité vous rapproche, par un biais mystérieux, d’un bonheur auquel on n’osait prétendre.

 

C’était une domestique qui devait exécuter les figures jugées trop lascives pour être dansées par une jeune fille de qualité.

 

L’accumulation des événements faussait les perspectives chronologiques.

 

Il faut se soumettre ! Plus silencieux que l’eau, plus bas que l’herbe ! Le salut, pour un vrai Russe, est toujours dans l’abaissement. C’est quand l’homme se courbe que la nation se redresse.

 

L’expérience incite à l’indulgence, l’ignorance à la sévérité.

La passion réciproque n’est pas nécessaire à la formation d’un ménage.

 

La maison. Déjà ! Il allait donc retrouver les mines inquiètes, les regards en dessous, les silences lourds, toute cette atmosphère de dissimulation.

 

Ce peuple est extraordinaire de gentillesse et de soumission. On dirait que le malheur est sa principale raison de vivre.

 

Préservé de la tentation de la gloire, je peux davantage méditer, observer. Le progrès de l’esprit humain est irrésistible, disait Condorcet.

 

Souvent ce qu’on croit être une calamité vous rapproche, par un biais mystérieux, d’un bonheur auquel on n’osait prétendre.

 

C’était une domestique qui devait exécuter les figures jugées trop lascives pour être dansées par une jeune fille de qualité.

 

L’accumulation des événements faussait les perspectives chronologiques.

 

Il faut se soumettre ! Plus silencieux que l’eau, plus bas que l’herbe ! Le salut, pour un vrai Russe, est toujours dans l’abaissement. C’est quand l’homme se courbe que la nation se redresse.

 

L’expérience incite à l’indulgence, l’ignorance à la sévérité.