LA CONSTANCE DU JARDINIER

Auteur :
JOHN LE CARRE

Genre :
Roman

Maison d'Edition :
SEUIL

Il vit ses yeux s’écarquiller de déception blessée, comme si un ami l’avait poignardé dans le dos, puis s’étrécir en deux fentes, comme si le même ami l’avait achevé.

Sa sensibilité exacerbée décuplait ses perceptions.

Ce pays meurt du sida, il est en pleine faillite, il n’y a pas un seul secteur, du tourisme à l’écologie, en passant par l’éducation, les transports, la sécurité sociale ou les télécoms, qui ne soit rongé par la fraude, l’incompétence et l’incurie.

Les politiciens pourris ruinent le pays qu’ils ont manipulé pour se faire élire.

Les abîmes de sauvagerie que recèle l’âme humaine demeurent insondables.

Pourquoi moi ? demanda-t-il dans un élan rageur d’apitoiement sur lui-même.

Surfant sur la vague d’inconscience qui le soulevait, se laissant porter avec plaisir, même si, dans un recoin de sa conscience, il savait que chaque hyperbole se paierait un jour au prix fort.

Je ne fais pas étalage de mes émotions.

Elle considère que la quête par les entreprises de profits acharnée détruit le monde, et notamment les pays en voie de développement. Sous prétexte d’investir, le capitalisme occidental ravage l’environnement originel et favorise l’émergence des kleptocraties.

Aimons nous les uns les autres mais sans nous attacher.

Le monde d’aujourd’hui est plus rude que celui dans lequel nous avons grandi. Il y a plein de méchant qui ont tout à gagner et beaucoup à perdre, d’où leurs mauvaises manières.

Je vous désire et vous vénère au-delà du supportable.

Prenons le taureau par les cornes, nous sommes entre professionnels, taillons dans le vif.

Ses mensonges n’étaient pas pure invention ; mais un miroir déformant brillamment conçu pour transformer les faits en monstruosité sans leur ôter leur crédibilité.

C’était un mensonge. Valable, efficace, acceptable.

Ces salauds sont dépourvus de tout sentiment, sauf pour le Dieu Profit.