LA VIE PAR PROCURATION

Vivre par défaut

face001infinit-jestLe choix, comme la fin elle-même, est finalement nôtre et à nous seul. C’est ce que Heidegger voulait dire quand il écrit que la mort est notre «possibilité»: Comme notre liberté, la mort est inhérente à notre personne.
En pensant à tous nos héros, à nos amis et à nos proches qui sont morts, nous pouvons essayer de comprendre véritablement que la mort est une chose normale, au lieu d’en avoir peur. «Un homme libre pense à la mort, c’est la moindre des choses », écrit Spinoza. « Et, ajoute-t-il, la sagesse n’est pas une méditation sur la mort, mais sur la vie ».

Mais nous, pauvres contemporains, n’avons même pas commencé à penser à la vie et nous faisons tout pour ne pas penser à la mort. Peut-être n’avons-nous pas tellement peur de mourir, à la fin, de ne pas vivre et bien mourir.
La vie quotidienne ne manque pas de quoi faire perdre notre temps: la course pour de l’argent, l’intelligence, la beauté, le pouvoir, la renommée… Nous sommes attirés par tous ces objets, objectifs, virages et mirages. Mais la vérité inconfortable et implacable est que mourir pour quelque chose comme l’argent ou le pouvoir tend à ne pas être un choix du tout.

L’écrivain David Foster Wallace, soutient dans, notamment son livre intitulé L’infinie Comédie, que mourir dans la poursuite de la richesse ou le prestige est tout simplement une vie « par défaut ». En d’autres termes, en cherchant à avoir plus d’objets dans nos armoires, nous menons une vie par procuration. Nous sommes coincés dans un piège psychologique qui nous empêche de voir ce qui pourrait être véritablement significatif dans nos propres vies. En vivant ainsi, nous risquons, selon David Foster Wallace, de « traverser une vie adulte confortable, prospère, respectable, mais morte, inconsciente, esclave et finalement nous sentir impérialement seul aussi bien à l’intérieur comme dans le monde extérieur ».

Pages : 1 2 3