COMME UNE « CHANSON DOUCE »

Le jury du prix Goncourt a choisi de récompenser la journaliste et romancière, Leïla Slimani, pour son deuxième livre, intitulé Chanson douce (Gallimard). Son roman a été choisi au premier tour de scrutin par 6 voix contre deux à Gaël Faye (Petit Pays) et une chacune à Catherine Cusset(L’Autre qu’on adorait) et Régis Jauffret (Cannibales). Leïla Slimani succède donc à Mathias Enard qui l’avait remporté en 2015 pour son très exigeant Boussole (Actes Sud).

Chanson douce est un huis clos autour d’une mère de famille et d’une baby sitter meurtrière. Celle-ci s’immisce dans l’intimité d’un couple de bourgeois dont le mariage bat de l’aile. Peu à peu la nounou gagne la confiance des parents, très heureux d’avoir découvert cette perle. Jusqu’au drame.

Le jury du prix Renaudot qui se réunissait au même moment a quant à lui décerné son prix 2016 à la romancière et dramaturge Yasmina Reza pour Babylone (Flammarion) qui succède à Delphine de Vigan. Dans ce roman, l’auteur raconte une soirée «particulière». Après avoir organisé un dîner chez eux, un couple assiste au retour de l’un de leur convive et voisin. Il vient de tuer sa femme.

Notis©Edition